D'où viennent nos équidés ?

 

Les origines des abandons sont très variées. Il y a les abandons pour cause de divorce, vente de la maison, décès, maladie,... et les abandons indignes : " Mon cheval est trop vieux, je ne le veux plus... " , " mon cheval boîte, je n'en veux plus... ".

 

JACINTO-arrivee.jpg (10404 octets)Les saisies pour maltraitances ou actes de cruauté sont plus fréquents qu'on ne l'imagine.

 

Ajouter les mises en fourrière : il s'agit là des équidés de marchands. Après avoir touché les primes, ils les mettent aux estives et ne les redescendent pas pour l'hiver (trop cher de les nourrir...). Une partie meurt, nous sauvons les rescapés. Ces marchands sont des récidivistes et, malgré nos plaintes, ils ne sont pas condamnés !

 

De temps en temps, un rachat, à prix de misère, d'ne bête miséreuse aussi qui, après avoir beaucoup servi, doit partir à l'abattoir, voire à l'équarrissage...

 

COMETE-pouliche.jpg (48464 octets)

La première que j'ai rachetée, Comète, est très symbolique. Je venais d'apprendre qu'elle partait à la boucherie avec un poulain de déjà 10 mois dans le ventre ! Facile d'imaginer mentalement cette horreur... Je l'y ai donc soustraite, au dernier moment. Comète était très craintive et avait une très grande peur de l'homme (les marchands, pour beaucoup, ne font pas dans la douceur et le respect de l'animal). Maigre, dénutrie... Il a fallu se battre pour la pouliche.

 

Cependant, cette histoire finit bien. Des promeneurs la voyaient tous les jours en passant avec sa jolie pouliche. Ils apprirent par hasard qu'elle était à adopter et prirent les deux. Elles sont, depuis, extrêmement heureuses (mais qui croît au "hasard" ?).

 

Pourtant, elles sont nombreuses les bêtes qui partent au couteau avec un petit déjà viable dans le ventre... est-ce digne d'un pays dit "civilisé" ?

 

NINA-arrivee.jpg (34441 octets)Il y a aussi les "réformes"... c'est-à-dire des chevaux et ânes "pressés" jusqu'au bout comme des citrons, ayant travaillé très dur de longues années et qui sont usés, donc jetables... Ils n'ont que rarement droit à la retraite, malgré  tout l'argent rapporté...

 

Bref, nous récupérons de tout ! Des beaux, des moches, des jeunes, des vieux, des totalement cassés ou malades - cassés physiquement ou cassés psychologiquement, ou les deux.

 

Nous replaçons les valides ou redevenus valides par nos soins. Il faut 6 mois à 1 an pour cela ! Et nous gardons les malades chroniques, les estropiés, les trop vieux... C'est pour ceux-là d'ailleurs que nous recherchons une aide pour parrainage car ils sont là pour longtemps, ont besoin de soins, traitements et d'une nourriture un peu spéciale (dents usées, intestins délabrés, etc.).

 

Quand j'ai fondé cette association en janvier 1990 pour secourir des équidés, je n'imaginais pas moi-même les proportions que cela prendrait ! Nous nous trouvons devant un pari sur l'impossible - bien qu'y "engouffrant" beaucoup de nos propres deniers !

 

Vu le nombre ahurissant d'abandons ou de récupérations (72 en 2004), les deux-tiers des chevaux sont toujours là et sans votre aide, nous ne pouvons pas nous en sortir ! Merci pour tous ces rescapés de la vie !

 

Deanna MARTIN

Présidente APPA-Equidés

 

petit cheval rouge qui court droite et gauche.gif (11792 octets)

 

 

Copyright©2009 APPA-EQUIDES
Tous droits réservés/All right reserved



WB01337_.gif (904 octets) revenir page précédente